Personnels des cellules MRM en DAST - Les oubliés de la politique RH du réseau ?

Une négociation portant sur les moyens de remplacement du Réseau est en cours. Les cellules Moyens de remplacement mutualisés (MRM) des Direction d’appui et de soutien territorial (DAST) seront à n’en pas douter particulièrement impactés par ce dossier.
A l’avenir, leur raison d’être serait limitée à la gestion de viviers d’intérim et des CDD, on imagine les conséquences sur le dimensionnement des équipes.
Actuellement pas de visibilité mais des rumeurs, des morceaux de projets et rien de concret, autrement dit un cocktail d’inquiétude et d’incertitude.
La Poste à l’oeil rivé sur les bénéfices qu’elle engrangera sur les moyens de remplacement lorsqu’ils seront gérés par le Réseau, mais à aucun moment elle ne semble évaluer les dommages collatéraux. En effet, Quid des cellules qui les gèrent actuellement ?

Niveau de fonction : un historique et des raisons de douter :

Alors qu’une CDSP a pesé leurs postes en III­2 le 15 avril 2015, un bon nombre d’agents assurent toujours ces positions de travail en II­3. Ils attendent la reconnaissance officielle d’une distorsion fonctionnelle en III­2 (primes de chargés de fonction pour les fonctionnaires et effets pécuniaires et rétroactif avec avenant au contrat de travail pour les salariés).

Pour se justifier, La Poste explique que les agents ne remplissent pas toutes les fonctions de la fiche de poste de la CDSP. Vu comme cela il suffit de faire faire sciemment jusqu’à 99 % des taches prévues et les conditions ne seront toujours pas remplies pour être reconnu en distorsion fonctionnelle. C’est malhonnête !

Cette situation est d’autant moins acceptable que d’autres filières du groupe respectent leurs engagements pris en CDSP. C’est un traitement discriminant !

Il y a bien longtemps que la Poste aurait dû officialiser ces distorsions fonctionnelles et les accompagner d’un plan de développement garantissant l’accès au III­2.

Elle préfére revenir sur ses engagements en pariant sur le temps et une disparition progressive des cellules MRM. De même, La Poste n’a pas compensé son refus de reconnaître le niveau III­2 aux personnels des cellules MRM par un nouveau pesage des postes de travail. Autant d’économies faites sur le dos des agents des cellules MRM !

Un « lot de consolation » ?

Certains se sont vus « promettre » une évolution en III­1 en guise de « lot de consolation ».

D’où notre incompréhension et l’embarras de nombreux cadres de bonne foi en apprenant que les RAP III­1 ne seront finalement… pas ouvertes pour les cellules MRM. Où est donc l’équité dans de telles pratiques ?

Ce refus est d’autant plus dommageable aux personnels que bon nombre de fonctions en DAST auxquels ils auraient pu prétendre ne seront accessibles qu’à partir du III­-1.

Délibérément, La Poste rend compliqué le repositionnement des agents des cellules MRM. Insidieusement, elle semble vouloir les rediriger vers des postes de chargés de clientèles du RÉSEAU que la grande majorité ne souhaite pas !


La prochaine réunion de négociation MRM est prévue le 14 octobre. En préalable, FO conscient de l’inquiétude des agents concernés a demandé une audience à la DRH Réseau. Le but est d’éclaircir toutes ces questions ainsi que la Gestion Prévisionnelle des Emplois et des Compétences (GPEC).

Pour tous les personnels des DAST, pour qu’un véritable volet RH soit négocié, nous allons exercer une véritable pression auprès de La Poste.

FO prête de l’attention et défend tous les postiers, les personnels des cellules MRM ne seront pas les laissés pour compte de ce projet !

Actualités syndicales

Toutes les actualites